Pau Sabaté – Une modernité inoubliable

portadarevista-copia

Pau Sabaté Jaumà (Reus, Baix Camp, 1872 – Barcelona, 1954) dès tout petit il montré l’inclination pour le dessin et initie ses études à l’Académie Fortuny de Reus, la quel dans ce moment était dirigée par Ramon Casals i Vernis. Comme tout artiste qui s’apprécié dans cette époque, il s’est déplacé à Barcelone, la capitale idéale pour étudier architecture, au même temps il assistait à l’École de la Llotja, moment dans lequel il a commencé à travailler dans la Maison Rigalt, dirigée par Antoni Rigalt. Il dégagé de tâches relatives aux projets pour des vitrages et peintures commandées au maître. Ce qui attirait plus l’attention de Sabaté était sans doute le dessin et ce pour ça qu’il décide de s’occuper d’une manière professionnelle a sa passion.

Sa renommée arriverait dans les premières décennies du XXe siècle, grâce aux nombreuses aquarelles de figurines de mode d’atelier du tailleur, après des années d’engagement au métier de dessinateur. Son habileté marquée en résulta dans les formes élégantes de couleurs douces, dont la stylisation et le coup de pinceau libre dénotent le niveau de la perfection qu’à cette époque le monde de la mode exigeait.

Le réalisme de ses aquarelles et de ses dessins l’amena à réaliser des projets urbains intéressants comme ceux qui sont recueilli dans Barcino; ici Sabaté démontre la facilité de traits à l’heure de former dans ses dessins au plume les rues de la ville comtale. D’autre discipline artistique a joui de sa participation et de sa passionne: il a réalisé les modèles pour les fers forgés qui commercialisaient de divers ateliers de Barcelone. Le catalogue de ces modèles a eu sa publication dans les “Hierros Artísticos “. Il faut détacher sa nomination en 1927 comme président de l’Association d’Aquarellistes de la Catalogne, charge qu’il occupa jusqu’à 1936 et dont le travail fondamental fut celle de promotion et reprise de l’entité. Une affection oculaire l’écarta dans les années 50 de son engagement au dessin; cependant continua son métier sans repos dans le monde de la forge.

La présente exposition rend bon compte du travail inépuisable dessinateur de Sabaté mais, encore plus, il reflète surtout un moment important et caractéristique de la mode et du way of life du XXe siècle : la décennie des 30. La plupart des figurines de mode que nous pouvons trouver dans différentes œuvres ont été produites en 1936, et publiées dans la revue de mode “ La Confianza “, appartenant à l’Association Professionnelle de Tailleurs Maîtres de Barcelone. Avec l’illustration publicitaire, ces publications étaient le milieu principal de diffusion des nouvelles tendances dont le foyer principal se développait dans les grandes villes. La participation dans des expositions universelles et nationales importantes positionnèrent Barcelone comme un des centres névralgiques d’ innovation et modernité, et le monde de la mode suivrait un chemin égal.

Sabaté nous parle d’une décennie élégante et sophistiquée, d’une société qui partageait son temps et qui joue des activités de plus varié, d’accord avec les progressions technologiques et quotidiennes du moment. Le monde de la mode subit déjà dans les années 20 une révolution importante esthétique, surtout en ce qui concerne une mode féminine, puisque les nouveaux idéaux de vie et de loisir en ce moment exigeaient une plus légère image plus moderne et où la commodité était une maxime fondamentale. Les conséquences de la Dépression de 1929 produisent un changement important, avec un point de vue plus conservateur, sobre et traditionnel. Les coupures recommencent à octroyer un rôle principal aux formes féminines, avec pièces où la courbe recommence à être présente, et beaucoup d’autres éléments continuent d’être hérités de la décennie antérieure, comme les coiffures et les chapeaux. Cela donna comme en ressorti une mode de grande élégance et quelques formes iconiques fortement esthétiques.

Les figures se trouvent regroupées selon différentes occasions ou occupations, c’est-à-dire, nous pouvons trouver des vêtements d’habit de fête ou du cocktail ou d’autres plus sportifs ou de la rue; les uns plus casuels ou plus formels, autres plus pratiques ou plus élégants. Après avoir observé chaque pièce dans son ensemble, combiné avec la stylisation, la douceur mais aussi la fermeté du trait et de la perfection extrême des vêtements, nous captons l’éloquence d’un monde moderne, la possibilité de s’approcher à chaque facette de la vie quotidienne de ces années, toujours convenablement habillés.

Le dessin de Sabaté a de grandes influences de l’art de cette période, et est-ce que nous sommes dans les années de plein développement de l’Art Déco, un mouvement dont les lignes esthétiques sont fortement influées par le monde du dessin et des arts décoratifs – hérités du Modernisme et des avant-gardes mais dans une ligne plus futuriste-. Les vêtements sont le résultat de la conjonction du dessin prépondérant en ce moment, aussi comme du monde des affiches et du dessin publicitaire, l’une des grandes icônes esthétiques de l’art au début du siècle. Et de la main de l’affiche, nous sommes transportés dans un monde cinématographique d’un style le plus pur hollywoodiens. Plusieurs de ces modèles rappellent des scènes de chefs-d’œuvre du cinéma noir ou de la comédie classique et préconisent l’esthétique, qui continue en années 40, de beaucoup d’autres films où la mode est l’un des traits iconiques plus ressorti et soigné. La dame élégante avec l’habit de fête, le dandy habillé de smoking, des uniformes de la croix rouge ou les amateurs de l’hippique, les personnages, les formes d’habiller qui nous submergent, effectivement, dans l’univers sophistiqué des années 30.

Finalement, il faut souligner que plusieurs de ces dessins sont réalisés peu avant qu’il n’éclatât la Guerre Civile, le moment dans lequel il cesse toute activité artistique et où le monde de la mode est complètement relégué. C’est pourquoi, ces échantillons sont les derniers exemples, l’écho résonnant, de la créativité et le style de vie d’une époque iconique, de grandes innovations et d’une modernité inoubliable.